Prix Louis D

Colloque international « Au-delà de la pandémie : formes et pouvoirs de la littérature dans l’espace méditerranéen »

 

Appel à communication

Colloque international

 

Au-delà de la pandémie 
Formes et pouvoirs de la littérature dans l’espace méditerranéen

 

26-27 novembre 2020

 

Université de Bucarest (CEREFREA Villa Noël) &

Université de Bordeaux Montaigne (TELEM EA4195– CIEMAM)

 

 

Le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA Villa Noël, Université de Bucarest) et TELEM EA4195 – CIEMAM (le Centre interdisciplinaire des études sur le monde arabe et musulman, Université Bordeaux Montaigne), avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie, organisent le colloque international « Au-delà de la pandémie. Formes et pouvoirs de la littérature dans l’espace méditerranéen » qui aura lieu en ligne, les 26 et 27 novembre 2020.

Le colloque est organisé dans le cadre de l’axe de recherche « Francophonie et droits humains » du CEREFREA et a comme objectif de réfléchir sur les productions littéraires issues des pandémies à travers le temps. 

« Le remède contre tout mal, c’est le récit. Les hommes ont toujours su que le récit était la panacée universelle. Nous ne vivons pas vraiment un événement, quel qu’il soit, avant de l’avoir raconté, ni avant d’avoir lu les récits qui nous permettent de le raconter. A chacun de nous de trouver les romans, films ou séries qui l’aideront à vivre ce qu’il est en train de vivre, c’est-à-dire à le mettre en mots. Et à en parler aux enfants. » (Antoine Compagnon, « La littérature face aux pandémies » )

Littérature comme échappatoire. Littérature comme tableau de la société. Littérature comme document socio-historique, rappel des autres et aux autres. Ces syntagmes sont depuis longtemps entrés dans le discours sur la littérature. En ce temps où l’on parle beaucoup d’incertitude, de peur, de changement, d’adaptation, de défaite ou de victoire, ces mots semblent recouvrir plus que jamais tous leurs sens et ouvrent même des pistes encore peu explorées.

A l’époque du coronavirus, on a vu les ventes de La Peste de Camus exploser. C’est sans doute la plus connue œuvre littéraire qui traite d’un épisode d’épidémie (bien que l’allégorie soit là aussi), mais elle n’est pas pour autant la seule. Le Décaméron de Boccace et L’Amour aux temps du choléra de Marquez en sont des exemples tout aussi célèbres. Le public s’est spontanément dirigé vers des œuvres qui racontent des événements similaires à ce qu’il vit au quotidien ou, au contraire, vers des histoires incroyables.

Des questions se posent. Est-ce que la réception de ces œuvres a subi des mutations ? Le confinement nous oblige à changer nos habitudes de vie, à nous adapter à de nouvelles conditions, il est légitime de nous demander s’il y a une « lecture de confinement » inspirée par la pandémie. 

De l’autre part de l’échiquier littéraire, la production littéraire se fait le miroir de la société pour raconter les événements ou, souvent, pour en faire des allégories. Ecrire le quotidien, (d)écrire le confinement, écrire la pandémie. Ecrire pour soi, sur soi, privilégier donc une écriture autobiographique qui tient du journal intime ? Ecrire sur soi, mais pour le monde, se donner comme exemple et se diriger donc vers les mémoires ? Ecrire sur la société et pour le monde et vouloir laisser un document socio-historique ? On considère d’ailleurs souvent que les écrivain-e-s seraient habitué-e-s au confinement, à l’isolement, à la solitude. Evidemment, ce n’est pas tout à fait vrai, car cela dépend de l’auteur-e et de ses habitudes d’écriture. 

On se pose aussi la question si cette réflexion issue du confinement donne une littérature de l’urgence, si elle est due à une écriture d’urgence et vouée à une lecture d’urgence. La littérature du confinement n’est pas chose nouvelle, sauf que les nouvelles technologies viennent s’immiscer dans ce tableau et changent les données : autant celles de l’écriture qui se transforme selon les règles des médias sociaux, que celles de la lecture qui s’adapte autant aux nouveaux supports qu’aux nouvelles formes de littérature. Il serait important d’étudier ces processus d’adaptation, la publication de textes brefs sur des réseaux sociaux (même la lecture à haute voix pour certains auteurs), les réactions du public (immédiates et spontanées), l’éphémère qui semble d’emblée régir autant l’écriture que la lecture.

C’est une équivoque qui ne fait que placer les œuvres littéraires dans un champ disciplinaire qui dépasse de beaucoup les études littéraires à proprement parler et qui laisse s’introduire des questions de psychologie individuelle et sociale, de sociologie, d’anthropologie, d’histoire et d’histoire culturelle. 

Ayant pour objet les œuvres de l’espace méditerranéen, les communications pourront répondre aux réflexions énoncées ci-dessus ou aller vers d’autres questionnements sans pour autant s’éloigner de la production issue des ou en liaison avec les pandémies.

 

Calendrier 

Les propositions de communication, à envoyer avant le 1er juillet 2020, à Mounira Chatti (mounira.chatti@u-bordeaux-montaigne.fr), Larissa Luica (larissa.luica@villanoel.ro) et Simona Necula (simona.necula@villanoel.ro), indiqueront les éléments suivants :

Titre de la communication, nom des auteurs et institutions de rattachement, 5 à 7 mots clefs

Proposition de communication de 300 mots maximum + une brève notice bio-bibliographique

• 15 juillet 2020 : diffusion des communications retenues

• 15 novembre 2020: envoi du programme finalisé

• 26-27 novembre 2020 : tenue du colloque en ligne

• 15 décembre 2020 : appel à publication d’articles dans un volume collectif

 

Comité d’organisation : 

Mounira Chatti, Professeure, Université Bordeaux Montaigne

Larissa Luica, Chercheure, CEREFREA

Simona Necula, Chercheure, CEREFREA

 

 

Comité scientifique : 

Amina Belaala, Professeure, Université Mammeri - Tizi Ouzou (Algérie)

Ridha Boulaâbi, MCF, Université Grenoble Alpes (France)

Mounira Chatti, Professeure, Université Bordeaux Montaigne (France)

Omar Fertat, MCF, Université Bordeaux Montaigne (France)

Touriya Fili-Tullon, MCF, Université Lumière Lyon 2 (France)

Martine Job, Professeure émérite, Université Bordeaux Montaigne (France)

Mehdi Ghouirgate, MCF HDR, Université Bordeaux Montaigne (France)

Larissa Luica, Chercheure, Université de Bucarest (Roumanie)

Simona Necula, Chercheure, Université de Bucarest (Roumanie)

Christina Oïkonomopoulou, Université de Péloponèse (Grèce)

Mustapaha Trabelsi, Professeur, Université de Sfax (Tunisie)

Rennie Yotova, Directrice, Bureau Régional pour les pays d’Europe Centrale et Orientale (BRECO) de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)

Sonia Zlitni-Fitouri, Professeure, Université de Tunis (Tunisie)