Prix Louis D

Journée d’etudes « (Re)faire l’héritage. Revisiter des musées et des lieux de mémoire en Europe centrale et orientale d’une perspective transnationale »

Evénement: Journée d’etudes « (Re)faire l’héritage. Revisiter des musées et des lieux de mémoire en Europe centrale et orientale d’une perspective transnationale »
Durée: 4 Novembre 2016 - 5 Novembre 2016

 

Journées d’études

(Re)faire l’héritage. Revisiter des musées et des lieux de mémoire en Europe centrale et orientale d’une perspective transnationale

Bucarest, CEREFREA Villa Noël

4-5 novembre 2016

Une histoire est-européenne troublée et segmentée a engendré une histoire des musées troublée et segmentée. Les musées des pays de l’Europe centrale et orientale se sont retrouvés, à plusieurs reprises, face à des choix difficiles. Peu après la Seconde Guerre mondiale, les musées ont dû mettre à jour leurs expositions afin de présenter des narrations historiques radicalement différentes. L’un des changements majeurs a consisté dans le fait de montrer le  présent socialiste, par exemple les « réalisations du régime », et le passé récent. Ainsi, l’avènement violent et révolutionnaire au pouvoir des partis communistes partout en Europe de l’Est est devenu une partie de l’exposition permanente des musées locaux et nationaux. Les musées ont aussi dû cacher, littéralement, des collections entières qu’on considérait, tout d’un coup, inadéquates. Après la chute du communisme, ces collections ont été ramenées dans les salles des musées (même si une grande partie de leur histoire, de leur documentation et contexte avait été perdue), et c’était le tour des collections communistes de devenir encombrantes ou d’être cachées ou même détruites.  
La journée d’études se propose d’explorer les spécificités de la réaction au changement politique et social dans le contexte des musées et lieux de mémoire. Les musées pourraient être examinés dans les termes de leurs bases historiographiques et politiques, comme le produit des mobilisations d’une multitude d’acteurs qui ont contribué à leur création ou à leur démantèlement (muséographes, architectes, universitaires, historiens, associations de victimes et d’autres acteurs culturels). Dans certains contextes, le processus de patrimonialisation a contribué à une criminalisation discursive des régimes précédents – par exemple la transformation des prisons en musées ou lieux de mémoire. Dans d’autres contextes, il a facilité des formes implicites de réhabilitation, en guise de l’exploitation commerciale de l’héritage – architectural, artistique, politique – du régime passé. Finalement, un nombre important de musées et lieux de  mémoire ont été confrontés au défi et à la tâche de réinvestir leurs collections d’une nouvelle signification et d’une nouvelle narration, encadrées par de nouvelles historiographies et de nouveaux projets de construction nationale.

La conférence est bilingue, en anglais et français, sans traduction simultanée.
.
Organisateurs :
Gruia Bădescu, Université d’Oxford
Simina Bădică, Musée National du Paysan Roumain
Nelly Bekus, Université d’Exeter
Damiana Oțoiu, Université de Bucarest

La journée d’études est organisée par le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA Villa Noël), de l'Université de Bucarest et soutenue par les institutions et projets suivants :

- Museums and Controversial Collections. Politics and Policies of Heritage-Making in Post-Colonial and Post-socialist Contexts – projet financé par l’Autorité Nationale Roumaine pour la Recherche Scientifique et l’Innovation, CNCS – UEFISCDI (PN-II-RU-TE-2014-4-2368), Institut d’Etudes Avancées « New Europe College », Bucarest.

- The Criminalization of Dictatorial Pasts in Europe and Latin America in Global Perspective, projet franco-britannique financé par AHRC (Care for the Future) et le Labex « Les Passés dans le Présent », Université d’Exeter et lnstitut des Sciences Sociales du Politique, Paris (ANR-11-LABX-0026-01)
- Faculté de Sciences Politiques, Université de Bucarest.

 

Brochure

Programme