Prix Louis D

Conférence « La faim du théâtre »

Evénement: Conférence « La faim du théâtre »
Date: 22 Mai 2019

 

La Compagnie TraverScène organise, avec le soutien du CEREFREA, la conférence « La faim du théâtre », mercredi, le 22 mai, à partir de 18h00, à la Villa Noël.

Manifestation organisée dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019.

Julien Daillère, docteur en arts du spectacle de l’Université des Arts de Târgu Mureș (sous la direction de Sorin Crișan), en cotutelle avec l'Université de Cergy-Pontoise / Paris Seine (sous la direction de Catherine Mayaux), nous présente la réflexion qu’il a menée jusqu'à la soutenance de sa thèse en 2018 sur le thème « Penser les processus de création et réception de l’œuvre scénique à travers la métaphore du système digestif ».

La métaphore digestive est employée depuis l’Antiquité dans le cadre de la réflexion théorique sur l’art et la pensée. Notre objectif a été de l’utiliser pour étudier le phénomène théâtral contemporain, notamment tel qu’il se présente sur la scène française depuis les années 2000. En partant de l’approche psychanalytique du travail créateur par Didier Anzieu, nous considérons les processus de création et réception d’une œuvre scénique comme les deux mises en actes d’un même processus commun qui les contient en puissance : le processus digestivo-poïétique. À travers l’articulation entre le code et le « corps » de l’œuvre, les instances scéniques et spectatorielles sont configurées, au niveau individuel et collectif, au sein d’un appareil digestivo-poïétique à plusieurs niveaux. Après l’interprétation des évolutions majeures du théâtre depuis la fin du XIXe siècle à travers la métaphore digestive, l’étude d’œuvres scéniques particulières nous permet d’explorer la métaphore du vomissement (Bailey, Liddell, García), de la digestion (Bauchau, Orlin, Payen, Nguyên Thi, Régy) ou de l’excrétion (Collectif Marthe, Artaud). Dans une approche en lien avec la sémiotique, la philosophie, la psychanalyse et les études théâtrales, nous définissons notamment les concepts d’irruption (sémiotisation en-dehors de l’œuvre, en lien avec les archives intimes des artistes), d’éruption (rejet de l’œuvre), de rumination (sémiotisation en plusieurs fois, à l’intérieur de l’œuvre), d’évacuation (mise de côté des signes inutiles pour l’écriture du texte spectaculaire) et de rétention (conservation des signes inutiles). En abordant la poïétique et l’esthétique à travers un même processus digestivo-poïétique, nous proposons d’interpréter les affinités des artistes et des spectateurs avec les œuvres scéniques d’un point de vue organique. À partir de là, nous ouvrons à une approche diététique du théâtre au niveau poétique et éthique.